Le 28 mars dernier s’est tenu à Paris un nouvel « atelier public des villes frontières », un rendez-vous régulier organisé dans le cadre du programme de recherche Babels et auquel la Fondation a participé.

Le programme Babels réunit une quarantaine de chercheurs sous la direction scientifique de l’anthropologue Michel Agier pour questionner l’actuelle « crise migratoire » en Europe à travers les formes d’hospitalité ou de rejet envers les migrants qu’elle a fait surgir.

Coordonnée par Michel Agier, Marjorie Gerbier-Aublanc et Évangeline Masson Diez, cette journée intitulée « L’hospitalité : des pratiques aux limites » fut riche en témoignages de chercheurs, acteurs associatifs, professionnels, politiques, sur l’évolution des pratiques d’hospitalité envers les migrants, principalement en France.

En dépit des difficultés et des limites observées des pratiques d’hospitalité (loin d’appliquer le principe d’inconditionnalité), le constat de la multiplication des initiatives citoyennes en la matière (notamment l’hébergement à domicile) et de la revivification des cultures locales de l’hospitalité par la réactivation d’un imaginaire de l’accueil des étrangers dans les campagnes où des migrants ont été accueillis, pose de nombreuses questions sur la gestion d’une « crise » qui n’en finit plus. Cet élan va-t-il donner lieu à la constitution d’un véritable mouvement social ? Est-on en train de réinventer la solidarité domestique qui avait progressivement été déléguée à l’Etat ?

Pour retrouver toute l’actualité du programme de recherche Babels, cliquez ici

 

Crédit photo : ©Marjorie Gerbier-Aublanc