En association avec le Pôle Mesure d’impact social de la Croix-Rouge française, la Fondation Croix-Rouge française lance un appel à candidatures pour une bourse de recherche postdoctorale sur l’expérimentation d’un dispositif innovant ayant pour objectif d’améliorer l’inclusion sociale des personnes vivant dans deux quartiers prioritaires de la ville de Saint-Denis de la Réunion.

Thématique de recherche

Contexte et enjeux

L’île de la Réunion est un territoire marqué par de nombreux problèmes sociaux, économiques et environnementaux. 40 % de ses habitants vivent sous le seuil de pauvreté. De nombreuses actions sont menées au quotidien envers les personnes en situation de précarité et d’exclusion, mais de manière souvent trop cloisonnée. Ce constat partagé a amené la Croix-Rouge française (CRf) à la Réunion à proposer un projet innovant pour repenser le mode de prise en charge des personnes en situation de précarité et d’exclusion : le dispositif d’« aller vers».

Celui-ci a guidé le développement par plusieurs acteurs sociaux d’un projet collectif ayant pour objectif d’améliorer l’inclusion sociale des personnes vivant dans deux quartiers prioritaires de la ville (QPV) de Saint-Denis de la Réunion (Vauban et les Camélias). Son ambition est double :

    1. Accompagner la personne dans une approche globale de son parcours, c’est-à-dire ne plus la considérer seulement comme un « objet de soins » (selon la pathologie) ou un « objet social » selon un statut particulier (chômeur, sans domicile fixe, bénéficiaire de prestations…).
    2. Ne laisser personne sans « solution » (logique du 100 % de réponse apportée aux attentes et aux besoins de la personne accompagnée).

Au niveau opérationnel, le dispositif d’« aller vers » repose sur la mutualisation des réseaux bénévoles, des moyens logistiques et de l’expertise dont dispose chaque acteur y participant sur le territoire. Ce fonctionnement en réseau devrait permettre de repenser la mise en œuvre des activités d’accompagnement social, de façon territorialisée, et de réduire la distance entre acteurs du dispositif et personnes accompagnées par une mobilité physique accrue. Le passage d’une logique en silo, où l’accompagnement est pensé de façon thématique et décomposé par besoin, à une logique globale, exige aussi d’articuler les dispositifs existant et de définir un objectif commun dans le cadre d’un accompagnement multi-partenarial.

 

Objectifs et questions

L’équipe en charge de la mise en œuvre du projet, qui débutera en janvier 2020, souhaite à moyen terme objectiver les changements générés par cette approche multi-partenariale sur différents publics (les publics cibles du dispositif, les acteurs qui y participent, le territoire dans son ensemble) et ainsi savoir dans quelle mesure le dispositif multi-partenarial d’« aller vers » favorise l’inclusion sociale au sein des QPV où il est déployé, avec pour enjeu de conclure à l’intérêt ou non de le poursuivre et, éventuellement, de l’étendre à une plus large échelle. Dans cette optique, il est important de disposer dès aujourd’hui d’éléments objectifs et mesurables relatifs aux territoires d’expérimentation du dispositif, aux personnes accompagnées et aux acteurs du dispositif, afin d’établir une situation de référence.

Aussi, il convient d’étudier la façon dont le dispositif fonctionne concrètement au regard des attentes des acteurs qui y participent. Il est en effet communément admis que la création de projets inter-acteurs permet d’apporter des réponses innovantes et pertinentes aux besoins sociaux non ou mal couverts tout en renforçant le lien social qui unit les acteurs sur un même territoire. Mais on manque encore de données permettant d’objectiver les changements, positifs et négatifs, engendrés par la mise en œuvre d’une approche multi-partenariale dans la réalisation d’actions sociales.

En lien avec les enjeux mentionnés ci-avant, et selon la méthodologie choisie, cette recherche abordera les questions suivantes.

    1. Quels sont les effets attendus du dispositif et de l’approche multi-partenariale par ses partenaires, que ce soit sur l’inclusion sociale des personnes ciblées, la relation entre les acteurs du dispositif, les interactions avec d’autres acteurs, ou encore la transformation territoriale ?
    2. Concrètement, comment le multi-partenariat et l’« aller vers » modifient le modèle opérationnel de chaque partenaire du dispositif (une quinzaine à ce jour) au vu des besoins des populations et des actions menées ?
    3. Compte tenu des résultats de l’identification des effets attendus par les partenaires du dispositif expérimental d’une part (1), et de l’observation de la façon dont celui-ci se déroule sur le terrain d’autre part (2), quels indicateurs pourraient être utilisés pour sonder à long terme son impact ?
    4. Quelle est la situation actuelle de la population des QPV où le dispositif est déployé au regard des données collectées pour renseigner les indicateurs préalablement identifiés ?

Ces indicateurs permettront d’identifier les données qu’il sera nécessaire de collecter au cours de cette recherche afin de préparer la mesure et le suivi dans le temps des changements prévus et non prévus produits par la mise en place du dispositif sur les deux sites d’expérimentation.

Cet état des lieux permettra par ailleurs de mieux comprendre les spécificités de chaque site de l’expérimentation, la présence et l’action des organismes d’accompagnement sociaux, et de mieux appréhender la situation et les besoins de leurs populations notamment en termes de caractéristiques sociodémographiques, de situation socioéconomique et d’inclusion sociale.

Zone géographique de recherche

La recherche aura lieu dans deux quartiers prioritaires de la ville de Saint-Denis de La Réunion, Vauban et Les Camélias, où est expérimenté le dispositif d’« aller vers », ainsi que dans un autre quartier prioritaire de la ville de Saint Denis qui servira de « témoin » aux approches en cours.

Bourse postdoctorale

Montant : 17 000 €

Dates clés :

• 6 novembre 2019 : lancement de l’appel
• 5 janvier 2020 : clôture des candidatures
• Janvier 2020 : sélection puis annonce des résultats
• 1er février 2020 : début des recherches
• 1er février 2021 : rendu des livrables

Mots-clés :

• Exclusion
• Pauvreté
• Précarité
• La Réunion

Partenaire Fondation Croix-Rouge française croix rouge française