Dans la perspective du cinquième opus de sa collection Devenir Humanitaire, à paraître fin 2019, la Fondation Croix-Rouge française lance un appel à communications pour recueillir des contributions sur la transition humanitaire au Cameroun. Dans la continuité du séminaire international co-organisé à Yaoundé par la Fondation et l’IRD en novembre 2018, cet ouvrage étudiera les évolutions, transformations et problématiques majeures de l’action humanitaire au Cameroun. Il rassemblera entre 8 et 10 chapitres, dont une grande majorité d’articles académiques, complétés par des entretiens présentant la perspective d’acteurs étatiques ou non-gouvermentaux. Les contributions pourront être soumises en français comme en anglais.

Publication codirigée par Virginie Troit (directrice générale de la Fondation Croix-Rouge française) et Marie-Thérèse Mengue (professeur, chef du département de socio-anthropologie à l’UCAC à Yaoundé)
Collection Devenir Humanitaire – Tome V – Editions Karthala

Confronté à des défis structurels de développement, le Cameroun doit également faire face à plusieurs crises humanitaires récentes qui alourdissent plus encore le destin de populations déjà paupérisées. Point névralgique en Afrique Centrale, le Cameroun subit le contrecoup d’une région aux turbulences multiples. Dans la partie septentrionale, les populations sortent peu à peu des attaques perpétrées par  Boko Haram. A l’est du pays, la crise sociopolitique qui a touché la République Centrafricaine a provoqué des mouvements de populations réfugiées au sein des communautés transfrontalières. Dans la partie ouest, les revendications des enseignants et du monde judiciaire d’expression anglaise depuis 2016 ont cédé le pas aux revendications séparatistes, entrainant des migrations internes des populations avec une cohorte de besoins humanitaires sans précédent. Le Cameroun est ainsi devenu l’épicentre de l’intervention humanitaire à grande échelle. En conséquence, le pays se présente aujourd’hui comme un laboratoire de la transition humanitaire où l’on dénote un fort besoin d’analyses et de réflexions. Différentes dimensions de la transition humanitaire seront abordées dans cet ouvrage, dont les contributions s’inscriront dans les thématiques suivantes :

Compréhension des acteurs et dynamiques de l’action humanitaire au Cameroun

Les acteurs humanitaires présents

Le secteur humanitaire camerounais est jeune et hétérogène. Le contexte national est fortement influencé par des tendances et des crises régionales, qui donnent lieu à des spécificités locales fortes à l’intérieur du pays. Aux acteurs historiques de la coopération s’ajoutent les institutions publiques, les organisations internationales et le secteur privé. Qui sont ces nouveaux acteurs ? Comment s’inscrivent-ils dans l’histoire et l’architecture du secteur humanitaire au Cameroun ? Quelles sont les capacités des acteurs locaux ? Comme se coordonnent-ils ? Quels partenariats sont aujourd’hui mis en œuvre avec les organisations internationales ? Comment se coordonnent-ils ? Quelles sont les sources de financements ?

Le nexus action d’urgence – action sociale

Les problématiques de développement sont des facteurs importants de vulnérabilités, elles-mêmes à l’origine d’apparition ou d’aggravation des crises humanitaires au Cameroun. Touché par des crises aux temporalités différentes, une juxtaposition de défis structurels de développement et de crises humanitaires, le secteur de l’aide au Cameroun est aujourd’hui au carrefour des politiques nationales d’action sociale, d’aide au développement et d’urgence humanitaire. Comment garantir une action humanitaire durable entre urgence et développement ? Quelle continuité et complémentarité entre les politiques nationales et l’aide internationale ? Comment enrayer le cercle vicieux de ces crises et des processus qui mènent au terrorisme dans la région ? Comment mieux prévoir et anticiper ces bouleversements ? Quelle continuité entre action de développement et urgence ?

Analyse de l’évolution des pratiques

Les évolutions des crises et des acteurs entraînent de nouvelles pratiques opérationnelles : nouveaux partenariats, mise en place de formes d’aides inédites, nouvelles formes d’installation des réfugiés… Le Cameroun est aujourd’hui à l’avant-garde de l’utilisation des transferts de cash, fortement développés dans certaines régions. Quelles sont ces nouvelles pratiques de l’humanitaire au Cameroun ? Quels sont les impacts de ces nouvelles pratiques, tels que les transferts de cash, sur les organisations et sur la délivrance de l’aide ?

La complexité des migrations plurielles

La présence de populations réfugiées sur de nombreux territoires du Cameroun accentue la pression sur les ressources, l’économie, le foncier… Ces situations peuvent entraîner des déstabilisations et un sentiment d’injustice parmi les populations hôtes, qui doivent faire face parfois sans aide humanitaire extérieure. Comment s’assurer que les réponses humanitaires s’adressent à l’ensemble des populations en besoin ? Comment coordonner les programmes des acteurs internationaux et des pouvoirs publics ? Comment répondre de manière adaptée et coordonnée à des migrations plurielles ?

L’enjeu sanitaire, entre urgences et inégalités persistantes

Les différentes crises connues par la Cameroun, conjuguées à des problématiques de développement, ont créé des vulnérabilités sanitaires : risques d’épidémies, systèmes de soins sous pression des flux migratoires, barrières importantes d’accès aux soins… Qui sont les acteurs de la santé au Cameroun ? Comment collaborent les ONG humanitaires, les associations locales et les pouvoirs publics ? Comment favoriser un meilleur accès aux soins pour tous et des solutions durables ?

Soumettre un projet d’article

Si vous êtes acteur, chercheur ou observateur du secteur humanitaire et social camerounais, et souhaitez soumettre un projet d’article, merci d’adresser un résumé de votre problématique ou un plan provisoire (2 pages maximum) avant le 31 mai 2019 à :

Vincent Léger, chargé de recherche

vincent.leger@fondation-croix-rouge.fr

La date de rendu de l’article final est fixée au 29 juillet 2019. Celui-ci devra compter environ 20 000 signes (4 000 mots) et respecter les normes bibliographiques imposées dans le cadre de la collection Devenir Humanitaire.

Objet :

Collection Devenir Humanitaire

Caractéristiques :

• Format : 20 000 signes (4 000 mots) 

• Soumission projet : avant le 31 mai

• Rendu article final : 29 juillet 2019

• Langue : français ou anglais

• Normes bibliographiques de la collection Devenir Humanitaire