Le projet de recherche

Les sociabilités alimentaires, levier d’action sociale contre l’isolement et la malnutrition des personnes en situation de précarité ? Vers une approche holistique et inclusive de l'aide alimentaire (SociAlim)

« Comprendre de quelles manières la cuisine et le repas partagés peuvent participer à lutter efficacement contre la précarité alimentaire à travers une approche plus holistique, inclusive et participative de l’aide alimentaire. »

La précarité alimentaire touche une part de plus en plus importante et diversifiée de personnes en France. Ses conséquences sont multiples et ne se limitent pas uniquement à leur santé physique mais touchent également leur santé psychique et sociale. Le système d’aide alimentaire français joue un rôle crucial dans la lutte contre la précarité alimentaire en fournissant notamment des aides financières, des repas gratuits et/ou des denrées alimentaires à moindre coût. Cependant, de plus en plus de voix s’élèvent pour dénoncer les effets pervers que peut comporter le système d’aide alimentaire actuel : malnutrition, disqualification sociale, maintien de la précarité, etc. Depuis une dizaine d’années, un nouveau modèle s’appuyant sur les sociabilités alimentaires comme levier d’action sociale a émergé en France. C’est notamment le cas de dispositifs tels que les ateliers culinaires et les repas partagés visant à lutter contre la malnutrition et l’isolement social des populations les plus « vulnérables ». Ces dispositifs reposent sur le potentiel pédagogique et relationnel offert par la commensalité et la cuisine en commun tout en se voulant plus participatifs et inclusifs que l’aide alimentaire traditionnelle. Pourtant, rares sont les études à s’être intéressées à de tels dispositifs dont l’efficacité ne va pas de soi. 

Le projet SociAlim propose d’étudier des ateliers culinaires et des repas partagés mis en place dans le cadre de la lutte contre la précarité alimentaire en France. A travers une approche comparative se basant sur les théories et les méthodes de la sociologie qualitative et de l’anthropologie culturelle (observations participantes, entretiens semi-directifs, recension de la documentation) cette recherche vise à mettre en perspective deux types de dispositifs présents ou à créer : l’un « hors domicile » porté par la Croix rouge française dans le cadre de sa nouvelle stratégie d’accueil alimentaire, l’autre « au domicile » de résidents vivant en habitat partagé dont les espaces collectifs sont propices à la mise en place de tels dispositifs. Le projet SociAlim adopte ainsi une perspective originale en interrogeant à la fois les mécanismes complexes par lesquels la précarité impacte l’alimentation mais aussi la manière dont celle-ci peut constituer un levier d’action efficace pour lutter contre la précarité alimentaire en France à travers la promotion du lien social et de la nutrition.

Il s’agira notamment d’interroger la manière dont ces nouveaux dispositifs alimentaire peuvent (ou non) permettre l’acquisition de savoirs et savoir-faire culinaires et nutritionnels tout en favorisant la participation, l’autonomie, l’intégration sociale et la reconnaissance de la diversité socioculturelle des participants.

Sur le plan scientifique, le projet SociAlim vise :

  1. une meilleure compréhension des situations de précarité, de leur diversité, de leurs causes et leurs conséquences sur le plan alimentaire.
  2. une meilleure compréhension de l’impact de la précarité alimentaire sur la santé physique, psychique et sociale des individus.
  3. une meilleure compréhension des liens existant entre exclusion/inclusion sociales, cuisine et commensalité.

Ses résultats offriront aux acteurs sociaux impliqués de nombreux bénéfices :

  1. Pour les individus en situation de précarité : une reconnaissance de leur singularité et de la diversité de leurs pratiques et représentations alimentaires, donc une meilleure prise en charge de leurs situations allant vers plus de participation et d’autonomie.
  2. Pour les porteurs de projet et les intervenants : une meilleure compréhension des mécanismes structurels et sociaux impliqués dans la précarité alimentaire, donc la possibilité de mettre en place des actions raisonnées plus efficaces et durables.
  3. Pour les bénévoles : une meilleure compréhension des mécanismes socioculturels impliqués dans l’alimentation, donc moins de tensions sur le terrain et une revalorisation de leurs activités.

 

Biographie

 

Formée à l’anthropologie culturelle et à la sociologie qualitative, Sonia Bouima est chercheuse, formatrice et consultante en sciences sociales dans le domaine de l’alimentation. Après avoir réalisé une enquête sur l’impact des aires d’accueil sur la santé des Gens du Voyage durant son master d’anthropologie à l’Université Lyon 2, elle s’est intéressée à l’alimentation des séniors au cours d’une thèse de doctorat en sociologie réalisée à l’Université Paris Saclay en partenariat avec l’Institut Paul Bocuse et le groupe de protection AG2R La Mondiale. La recherche-action réalisée sur des ateliers culinaires et des repas partagés mis en œuvre « par » et « pour » des séniors dans le cadre de la lutte nationale contre la dénutrition lui a permis d’identifier les apports et les limites de tels dispositifs.Très tôt, elle a réalisé que l’alimentation constituait une porte d’entrée privilégiée pour saisir les mécanismes à l’œuvre dans les inégalités sociales de santé tout autant qu’un fabuleux outil de médiation et d’innovation sociales.

Cet intérêt pour l’alimentation se retrouve également dans les formations qu’elle anime. Depuis 2015 et en partenariat avec l’Institut Lyfe, Sonia Bouima sensibilise les aides-soignantes des Hospices civils de Lyon (HCL) aux dimensions socioculturelles de l’alimentation en vue d’améliorer l’accueil et le bien-être des patients à travers le service du repas à l’hôpital. Elle a également mis en place le module « alimentation et société » à l’école internationale de management responsable 3A au sein de laquelle elle forme les futurs porteurs de projets humanitaires aux enjeux relatifs à la précarité et à l’aide alimentaires. A l’automne 2022, elle a créé la société Humaneaty® qui propose des études et du conseil à toute structure désireuse de développer des services, des produits ou des dispositifs alimentaires raisonnés. Dans ce contexte, elle accompagne le développement de stages de cuisine portant sur l’alimentation végétale ainsi que la réutilisation culinaire des déchets alimentaires.